e2
logo Saison 2017-2018

 

 

 





 


 



NEWSLETTER


         
 
dC'était hier
dde Molière
 
 
 
 
   

CRÉATION en 1998 au théâtre du Valet de Cœur

 

Avec les comédiens :
Marie-Françoise Savary,

Aurélie Dufour

et Jean-Yves Lenoir


Mise en scène de Jean-Yves Lenoir

 


Deux femmes et un homme, nous parlent d'hier.

C'est à dire qu'ils cherchent à retrouver leur passé. Quel passé ? Nous n'aurons pas la réponse.

La mémoire humaine, dit Pinter, n'est pas capable de restituer ce qui s'est passé vingt ans plus tôt, le spectateur se forgera sa réponse personnelle.

Car le spectateur de "C'était hier" est happé par la pièce. Il lui faut une heure ou deux, après la fermeture du rideau, pour échapper à la toile d'araignée de Pinter.

 
 
 

 

Harold Pinter (né le 10 octobre 1930 et mort le 24 décembre 2008 à Londres) est un écrivain, dramaturge et metteur en scène britannique. Il a écrit pour le théâtre, la radio, la télévision et pour le cinéma. Il a reçu le prix Nobel de littérature en 2005.

En 1951, Pinter est admis à l'École centrale des arts de la scène. La même année, il est engagé dans la troupe théâtrale ambulante irlandaise d'Anew McMaster spécialisée dans Shakespeare. Entre 1954 et 1957, il entame une tournée en tant que comédien sous le nom David Baron. Sa première pièce, The Room (La Chambre) est interprétée en 1957 par les étudiants de l’université de Bristol. Il dit être entré en dramaturgie « par surprise », étant issu de la classe ouvrière.

The Birthday Party (L'Anniversaire, 1958) n'intéresse pas le grand public, malgré une bonne critique publiée dans le Sunday Times. Mais suite au grand succès rencontré par The Caretaker (Le Gardien) en 1960, huis-clos à trois personnages (un clochard, un fou échappé d'un asile et son frère), la pièce est rejouée et reçoit cette fois-ci un accueil triomphal. Entre-temps, Pinter écrit plusieurs pièces radiophoniques qui obtiennent un certain succès. Les œuvres de cette période, telles que The Homecoming (Le Retour) en 1964, sont parfois étiquetées comme mettant en scène une « comédie de la menace ». Avec une intrigue réduite au minimum, elles prennent souvent comme point de départ une situation en apparence anodine mais qui devient rapidement menaçante et absurde par le biais des acteurs dont les actions semblent inexplicables aux yeux du public et des autres personnages de la pièce. L'auteur est alors rapproché de la génération des Jeunes gens en colère, comme ses collègues John Osborne, Arnold Wesker et Edward Bond. L’œuvre de Pinter est marquée, dès le début, par l’influence du théâtre de l'absurde et de Samuel Beckett. Par la suite, les deux hommes deviennent amis.

 
 
 
 

 

 
 
 

           LE VALET DE CŒUR
           Compagnie et école de théâtre

Réalisation site : Mylène Vantal