e2
logo Saison 2017-2018

 

 

 





 


 



NEWSLETTER


         
 
dLes femmes
  à l'assemblée

dd'ARISTOPHANE

 

 
 
 
   

CRÉATION en 2007 en partenariat
avec le Musée d'Art Roger-Quilliot


Reprise en novembre 2008
à la maison de la Culture salle Boris Vian

 

Avec les comédiens :
Elsa Barbary, Natacha Bayoud, Éva Bruchet, Agnès Courmont, Geneviève Gaillard,
Caroline Pradel, Marie-Françoise Savary, Mariette Triolaire, Stéphane Bruyère,
Pierre Février, Jean-Yves Lenoir, Xavier Marduel, Thomas Plane.

 

Hautbois : Marie-France Bonnet et Emily Déat.
Mise en scène : Jean-Yves Lenoir

Costumes : Denis Charlemagne
Régie : Mylène Vantal

 

 
 
 

Aristophane

 

Aristophane est un poète comique grec du Ve siècle av. J.-C., né dans le dème de Cydathénéon vers 445 et mort entre 385 et 375 av. J.-C. Son œuvre à elle seule représente ce qui nous reste de l'Ancienne Comédie, et coïncide avec les années glorieuses d'Athènes sous l'administration de Périclès et la longue et sombre période de la Guerre du Péloponnèse. Au tournant du Ve et du IVe siècle, alors qu'Athènes voit éclore des modes de pensée nouveaux dans tous les domaines, et que les mœurs politiques et sociales se transforment ou se dégradent, Aristophane cloue au pilori par de grands éclats de rire les politiciens démagogues et va-t-en-guerre, les citoyens en proie à une « judicardite » aiguë, cette pernicieuse manie des procès, ou les maîtres d'incivisme et de décadence.

 


 
 
 
 

 

Les femmes à l'assemblée

 

La pièce "Les femmes à l'assemblée" fut représentée en 392 ou 391 av. J.C., sans doute au concours des Lénéennes, peu après la défaite d’Athènes face à Sparte. Par rapport aux précédentes comédies d’Aristophane, la pièce est marquée par un changement d’esprit très net. Motivée par les grandes transformations politiques, économiques et sociales d’après -guerre, elle est emplie de lassitude, de désenchantement et d’ironie. La diminution progressive de l’importance du chœur en est l’une des preuves, puisque le chœur, représentant scénique du peuple, est le principal organe par lequel le poète instaurait un dialogue franc et passionné avec le public. De plus, aux questions sociales de la pauvreté et de la richesse que posent la pièce, Aristophane ne répond que par une solution utopique dont il montre bien les incohérences. Comme dans Lysistrata , l’histoire est celle d’un complot des femmes, qui, lasses de la mauvaise gestion masculine des affaires publiques, décident de ne plus se tenir à l’écart de la politique et, sous la conduite énergique et intelligente de l’une d’entre elles, interviennent en force. Les Femmes à l’Assemblée est la seule comédie où un mari et sa femme se trouvent en scène avec des rôles aussi importants l’un que l’autre.

La traduction française du titre est, le plus souvent, L’Assemblée des Femmes , mais celui- ci est un contresens. Le titre grec signifie Les Femmes qui siègent à l’Assemblée . Il ne s’agit pas ici d’une assemblée réservée aux femmes mais bien de l’Ekklésia, l’assemblée du peuple, réservée aux hommes de la Cité, qui possédait le droit et le pouvoir de prendre toutes les décisions politiques.

 
 
 

           LE VALET DE CŒUR
           Compagnie et école de théâtre

Réalisation site : Mylène Vantal